Curcuma_longa_roots

De puissants antioxydants

Le curcuma est une plante médicinale utilisé depuis 4000 ans dans les médecine traditionnelles pour ses nombreuses vertus.

La racine de curcuma, ce cousin du gingembre, contient des curcuminoïdes qui sont de puissants antioxidants, anti-inflammatoires et anti-cancérigenes.

Ses racines sont utilisées depuis longtemps dans les anciennes médecines chinoises et indiennes comme anti-inflammatoire et apaisant les difficultés digestives

Le curcuma se consomme généralement en poudre mais les capsules contiennent les curcuminoïdes en fort concentration.

L’utilisation:

Cancer. Dans ce domaine, la recherche est très active et les résultats de plusieurs essais cliniques sont attendus. Les chercheurs pensent que les effets antioxydants et anti-inflammatoires de la curcumine peuvent jouer un rôle dans la prévention et le traitement du cancer15.

Ulcères gastroduodénaux. Les études in vitro et sur des animaux indiquent que le curcuma a des effets protecteurs sur la muqueuse gastrique et qu’il peut détruire ou inhiber la bactérie Helicobacter pylori, responsable de la plupart des ulcères gastriques et duodénaux.

Maladies inflammatoires chroniques. En Inde et en Chine, on utilise le curcuma depuis très longtemps pour ses propriétés à contrer l’inflammation (la colite ulcéreuse, de l’arthrite rhumatoïde, la pancréatite, l’arthrite).

Maladies inflammatoires des intestins. Un extrait normalisé de curcuma a été utilisé avec succès chez des personnes souffrant du syndrome de l’intestin irritable.

Diabète. Deux études ont rapporté un effet éventuel préventif du curcuma dans la survenue d’un diabète.

Hyperlipidémie. Les études chez l’animal suggèrent que le curcuma réduit les niveaux de cholestérol, en particulier le mauvais cholestérol (appelé LDL-cholestérol). Deux études randomisées ont cependant rapporté que le curcuma n’avait aucun effet sur le LDL-cholestérol, ainsi que sur le bon cholestérol (appelé HDL-cholestérol). Cependant, deux autres études indiquent que le curcuma abaissent le taux de triglycérides chez des patients obèses à risque de maladies coronariennes, ainsi que ceux du cholestérol total chez des sujets sains54.

 Troubles digestifs. La Commission E et l’Organisation mondiale de la Santé reconnaissent l’efficacité des rhizomes du curcuma pour traiter la dyspepsie, c’est-à-dire des troubles digestifs, comme les maux d’estomac, les nausées, la perte d’appétit ou les sensations de lourdeur. Au cours d’un essai clinique, le curcuma, à raison de 250 mg 4 fois par jour, a été nettement plus efficace qu’un placebo pour soulager les problèmes digestifs des participants.

Source:

http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=curcuma_ps

 

CURCUMA