Les pesticides

Par définition, un pesticide est un toxique, destiné à lutter contre un organisme considéré comme nuisible.

Trois cultures sont spécialement consommatrices : la vigne, le blé et le colza.

Malgré les objectifs de réduction ambitieux, les quantités utilisées continuent à augmenter. 70 % des fruits et 41 % des légumes contrôlés contiennent des résidus. De plus, l’analyse des aliments prêts à consommer montre que 58 % des échantillons contiennent au moins un résidu de pesticides.

Une augmentation inquiétante des maladies chroniques

Nous constatons qu’il y a plus de maladies, de troubles cognitifs, de cancers, de troubles de la fertilité… Des incertitudes demeurent, sur les risques des faibles doses et sur l’effet-cocktail (expositions multiples, mélanges avec d’autres substances…).

De plus en plus d’études portent sur l’impact des pesticides sur le développement neuro-cognitif de l’enfant, avec des effets potentiels d’hyperactivité, le manque d’attention et des baisses de QI.

Plus de 80 pesticides sont en effet soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens. Ils pourraient influer sur le métabolisme de l’enfant et de l’adulte.

Pour le Pr Patrick Fénichel, chef du service d’endocrinologie au CHU de Nice, certains produits chimiques seraient impliqués dans l’augmentation des cancers du sein, de la prostate et du testicule. Ces perturbateurs endocriniens (pesticides, phtalates…) perturbent notre fragile équilibre hormonal. La bisphénol A est un des perturbateurs endocriniens les plus puissants. 

Cancer du sein

C’est le cancer le plus fréquent chez la femme quel que soit son âge. Une femme sur neuf va developer un cancer du sein un jour. Un grand rôle est attribué aux cosmétiques.

Cancer de la prostate

C’est le cancer le plus fréquent chez l’homme après 50 ans. Il est en augmentation, en particulier chez les sujets jeunes. On se pose donc la question du rôle de l’environnement et des perturbateurs endocriniens,

 Changez vos habitudes pour éviter ces produits nocifs

A la maison

Utilisez des produits naturels de nettoyage ( savon noir, vinaigre d’alcool, bicarbonate, alcool…) et des cosmétiques non nocifs ( pain de savon, huiles naturelles, huiles essentielles, cosmétique à base d’ingrédients naturels ou bio..)

Cuisinez à partir des produits non traités. Planifiez vos courses et vos repas.

Dans le jardin

le paillage : empêche le développement des « mauvaises herbes »

  • une bonne aération du sol : permet à la faune qui y vit de bien se développer et de participer à lutter contre les maladies
  • choisissez des plantes locales : elles résisteront mieux à la sécheresse et aux maladies
  • préservez la biodiversité : laissez des espaces favorables aux insectes « utiles » du jardin. Ils seront vos alliés dans la lutte contre les pucerons !
  • Utilisez des méthodes naturelles contre les maladies et les insectes nocifs pour nos cultures (savon noir et huile de cuisine, décoction d’ail, bicarbonate de soude, huiles essentielles…)

Les ondes

Téléphones mobiles, réseaux sans fil, appareils mobiles…

Depuis les années 90 sont apparus le GSM, Bluetooth, la Wi-Fi, la 3G, la 4G et la téléphonie résidentielle sans fil. 

Dans la dernière étude réalisée, l’OMS  évoque les signes d’un « risque » de gliome  et de méningiome supérieur (cancers du cerveau)  chez les personnes qui utilisent intensément un téléphone portable. Soit une utilisation moyenne de 30 minutes par jour durant 10 ans.

Les enfants davantage concernés

Utiliser un smartphone plus de 3 minutes provoque un échauffement des cellules situées à proximité de l’appareil. On considère que l’organisme des enfants est en développement et le crâne est plus petit, les rayonnements sont beaucoup plus dangereux que chez l’adulte.

Comment ne pas s’exposer inutilement 

L’une des règles élémentaires est de mettre son téléphone en mode « avion » lorsqu’il n’affiche plus que 1 ou 2 barrettes. Cela veut dire que la captation est mauvaise et que le téléphone va émettre avec plus de puissance pour se connecter à l’antenne.

Il est encore conseillé de limiter la durée d’une conversation sans fil à 2 minutes, d’utiliser un kit mains libres tout en conservant le téléphone loin du corps (et en évitant les poches).

Pour les téléphones sans fil résidentiels, privilégiez les modèles portant le logo  « low radiation » qui n’émettent que durant l’utilisation du terminal.

Et enfin, avant d’aller dormir, éteignez toutes les sources d’émissions, surtout dans les chambres à coucher. Cela fera, en plus, des économies d’énergie

Les additifs alimentaires

Un additif alimentaire est une substance qui est rajoutée dans les produits pour leur apporter du goût, de la texture, ou encore une meilleure conservation. On distingue les additifs naturels et les additifs de synthèse

Un certain nombre d’additifs ont fait l’objet d’études diverses qui ont montré qu’ils seraient à l’origine de nombreux dysfonctionnements : hyperactivité, troubles digestifs, asthme, nausées, voire cancers…

Ils sont indiqués soit avec leur code (un E suivi de 3 chiffres) soit par leur nom:

Les colorants (E100 à E199).  Les conservateurs (E200 à E299). Les antioxydants (E300 à E399). Les agents de texture (E400 à E499) (pour modifier la texture d’un produit -les épaississants et les gélifiants.). Les exhausteurs de goût (E500 à E599)

Malheureusement, ils sont tellement nombreux qu’il est difficile de savoir lesquels éviter. Lisez attentivement toutes les étiquettes avant d’acheter et préparez vous même vos plats à partir des produits naturels.

Les 10 pires substances dans notre nourriture

Le sucre

Le poison qui tue lentement. Directement lié au diabète, mais aussi à l’ostéoporose, au cancer et d’autres maladies (par le biais de l’hyperacidité).

Le sirop de maïs, aussi appelé fructose, est encore pire. C’est un produit fortement transformé et encore plus dangereux que le sucre classique. On le trouve dans les plats préparés, conserves et les sucreries comme les desserts laitiers.

Levure boulangère

depuis les années 1940 le levain contenant les probiotiques bénéfiques était repoussé. Une « nouvelle“ levure ultra rapide a été adoptée par les boulangers, puis par les consommateurs. Elle lève la pâte en moins d’une heure et facilite la production. Mais ce ne sont pas les mêmes levures que d’antan. Elles sont pathogènes pour notre corps. Elles repoussent la bonne flore et sont à la source de mycoses et autres maladies.

Le blé moderne

Il est très faible en protéines et possède un index glycémique élevé. Il contient beaucoup plus de gluten que d’autres céréales. En forme de biscuits et croustilles salées il a une teneur élevée en matières grasses transformées et une forte concentration d’acrylamide qui le rend cancérigène.

Le lait de vache

Il contient du lactose qui est mal assimilé et souvent à la source de troubles digestifs. Il est également acidifiant pour notre organisme et contient des facteurs de croissance utiles pour la croissance du veau. Ces facteurs incitent les cellules pathogènes ( cancéreuses) à se développer à l’âge adulte.

Les boissons gazeuses

Elles contiennent surtout du sucre, mais aussi de l’acide phosphorique qui peut provoquer des maladies osseuses. On y trouve souvent de la caféine qui augmente la tension artérielle, les arythmies ainsi que la nervosité.

L’alcool

Arrêtez de penser que le vin est bon pour la santé. Il contient de nombreux pesticides et aussi des sulfites. L’alcool se transforme en molécules cancérigènes. Il intoxique tous les organes mais surtout le foie et le cerveau.

Buvez de l’alcool à l’occasion, mais pas au quotidien.

Le bisphénol A

Banni dans la plupart des vaisselles en plastique, on le trouve désormais dans la couche qui couvre l’intérieur des conserves mais aussi dans les tickets de caisse etc. Il est considéré cancérigène et augmente le risque des maladies cardiaques.

Les graisses hydrogénées

Elles sont transformées pour devenir solides afin de mieux les conserver. On les retrouve dans les préparations industrielles comme les plats préparés et des biscuits du commerce.

A la longue, elles augmentent le mauvais cholestérol et sont cancérigènes.

Le glutamate

C’est comme une drogue alimentaire qui crée une dépendance et nous incite à manger. Les allergies au glutamate sont courantes.

Les sulfites

Evitez les aliments qui contiennent des sulfites (bisulfite de sodium, dioxyde de souffre …). Les sulfites sont des conservateurs qu’on trouve de plus en plus souvent ( vin, moutarde, fruits secs) – ils sont connus comme allergènes et ils peuvent agir comme un déclencheur de migraine.

http://www.prevention.ch/alcoolecole2.pdf

http://www.unlockfood.ca/fr/Articles/Technologie-culinaire/Ce-que-vous-devez-savoir-au-sujet-des-sulfites.aspx

https://e-rse.net/alimentation-sante-dangers-toxique-chimique-20252/#gs.3kR04ng

https://www.additifs-alimentaires.net/additifs.php

LES DANGERS QUI NOUS ENTOURENT